Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/04/2017

Moss expose à la Galerie D'Oc du 6 Avril au 4 mai 2017

moss; galerie d'oc;lespignan; art singulier; hérault; occitanie

 

moss; galerie d'oc;lespignan; art singulier; hérault; occitanie

MOSS

La peinture, son travail enfermé, la sculpture son travail à l’air libre. Deux mondes différents, deux expressions, deux méthodes, et un seul artiste. Pour comprendre, on est forcé d’aborder son parcours. Une vie qui dérape avec à la clé une peine de treize ans d’enfermement. Entre les quatre murs de la prison, Moss trouve en la peinture son unique échappatoire. Il n’a de cesse de couvrir le blanc des toiles pour s’évader, pour exprimer ses souffrances, pour évacuer les humiliations, pour communiquer avec l’extérieur. Dans la cellule un artiste nait. Au bout de six ans de créations non-stop, Moss bénéficie d’une remise de peine. Il sort prématurément en tant qu’artiste… Le grand changement, c’est alors le volume ; à peine sorti, il se jette sur les bois flottés qu’il transforme puis il s’attaque aux traverses de chemin de fer à la tronçonneuse.

Hier, des barreaux, de la violence, des couleurs. Aujourd’hui, de la vie, de l’humain, de l’humour… Moss poursuit son parcours d’artiste libre. Quelle belle réussite de réintégration dans la société par l’art.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

20/03/2017

Josiane Sudey expose à la Galerie d'Oc du 9 mars au 6 avril 2017

Josiane Sudey

tags; lespignan;,exposition;galerie d'oc;josiane sudey;art singulier;drôles de tê


« C’est venu tard dans mon parcours. J’étais éducatrice et j’ai commencé à faire un atelier déco à l’Esat (Ndlr : Etablissement et service d’aide par le travail) et un atelier de peinture à l’Apei (Association de parents d’enfants inadaptés) d’Antonne. J’encadrais les résidents dans ces activités manuelles et c’est comme ça qu’est venue la fibre artistique, il y a une quinzaine d’années.
A la retraite j’ai continué. J’anime aussi encore des ateliers avec l’Apei »
« Ce que j’adore, c’est la peinture de rue à la sauvage, c’est génial. Si j’étais plus jeune, j’aurai adoré être graffeur. A la place, mon truc, c’est de récupérer des cageots, je les démonte et je fais ma structure. J’ai inventé un petit personnage graffeur assez rigolo que je glisse dans les tableaux. Et, comment je ne me prends pas pour une artiste, je suis vigilante à mettre des prix raisonnables pour que mes œuvres restent accessibles à tous »
« Je sais rester assez gamine »
Cet article a été publié par Dordogne libre.

5350.jpg

 

51.jpg

360.jpg

5359.jpg