Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/04/2014

Carole Périquet "Pépètacaroles" expose le 10 avril 2014 à la Galerie D'Oc

expsition,galerie d'oc,artsingulier,lespignan,carole périquet,pépèteacaroles expsition,galerie d'oc,artsingulier,lespignan,carole périquet,pépèteacaroles
expsition,galerie d'oc,artsingulier,lespignan,carole périquet,pépèteacaroles expsition,galerie d'oc,artsingulier,lespignan,carole périquet,pépèteacaroles

Carole Perriquet

Les Pépèteacarol

Tel : 06.79.12.79.50

Autodidacte  depuis maintenant plus de 20 ans, mais finalement de toujours….

J’ai commencé par la peinture sur porcelaine étant attirée par le blanc intacte des pièces émaillées. J’ai donc peint durant une dizaine d’années. Puis, l’envie de tourner l’argile, de la modeler s’est imposée, alors je m’y suis engouffrée avec passion. Mais je devais faire des pièces relativement petites pour la cuisson, dans mon four céramique, c’est alors que je suis  « passée » tout naturellement au papier.

Plus de limite dans les grosseurs, les grandeurs alliant aussi les couleurs, je peux dire aujourd’hui que j’aborde mon travail de papier comme une sculpture, et que je décore ces sculptures comme autrefois je peignais la porcelaine…

Mon travail est fait de papier- de grillage – de fil de fer – de carton et de soleil ‘pour le séchage).

Tout ce qui peut être récupéré.

J’aime cette idée de récupération, elle me permet de flâner, de mieux voir, de rêver.

J’aborde mon travail de papier comme une sculpture.

Dès que l’armature, la structure, le squelette est esquissé vient le moment du papier encollé, déchiré, assemblé et des personnages prennent forme au gré de mes envies, de mes humeurs du jour ou de la nuit, et de leur propre qualité et résistance. Des couches et des couches de papier s’accumulent.

Puis, c’est au soleil d’agir.

C’est l’été que « l’accouchement » est le plus important (quelques heures suffisent au séchage). L’hiver, ces personnages resteront ainsi 3 à 4 jours près du radiateur.

C’est un travail de patience, de longue haleine, mais c’est toujours un travail instantané, réalisé dans l’urgence, un mouvement d’un coup figé et pourtant c »est chaque fois quelque chose de nouveau qui prend  forme.

Viens ensuite la finition : le collage, la couleur, la peinture c’est selon.

Avec 6 à 7 couches de vernis, ces pépètes traversent le temps insouciantes, tout en légèreté.

Et parfois il m’arrive de ne plus faire la différence entre elle et moi….

Au point de ne plus savoir qui créée qui ? Crique craque!

Une nouvelle pépète existe !

 

expsition,galerie d'oc,artsingulier,lespignan,carole périquet,pépèteacaroles

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.